Publicité

À plein volume : Basquiat et la musique au Musée des beaux-arts de Montréal

Publicité

Le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), en collaboration avec le Musée de la musique – Philharmonie de Paris, convie le public à un voyage dans l’univers visuel et sonore du phénoménal Jean-Michel Basquiat (1960-1988). Du 15 octobre 2022 au 19 février 2023, À plein volume: Basquiat et la musique propose une exploration approfondie des liens étroits qui existent entre la musique et la vie et l’œuvre de l’artiste.

L’exposition, la première consacrée à l’importance de la musique dans la pratique de Basquiat, fait découvrir son art au rythme du New York des années 1970 et 1980. Elle met en lumière les sons qu’il a traduits en peinture – de l’opéra au jazz en passant par le hip-hop – et les musiciens qui l’ont inspiré. Donnant à entendre autant qu’à voir, elle réunit plus d’une centaine d’œuvres, ainsi que de nombreux extraits sonores, des vidéos exposées pour la première fois, des carnets et de rares documents d’archives.

À PLEIN VOLUME: BASQUIAT ET LA MUSIQUE

Davantage qu’un simple passe-temps pour Basquiat, la musique est au cœur de son œuvre, à la fois signe, symbole et son. À plein volume: Basquiat et la musique est le fruit de recherches inédites qui permettent une incursion privilégiée dans l’univers musical complexe de l’artiste. Américain né de parents d’origines haïtienne et portoricaine, Jean-Michel Basquiat a connu une carrière fulgurante. En partant d’une exploration de la musique qui a façonné le New York de l’artiste dans les années 1970 et 1980, l’exposition aborde le caractère performatif de son travail et jette un nouvel éclairage sur la façon dont la musique a forgé son expression artistique. Basquiat était un grand mélomane qui possédait une collection de plus de 3000 albums, en plus d’être lui-même musicien, notamment au sein du groupe expérimental
Gray, dont il était l’un des membres fondateurs.

« L’art de Jean-Michel Basquiat est chargé de son, explique Mary-Dailey Desmarais, conservatrice en chef du MBAM et commissaire de l’exposition. Mots, instruments, signes et symboles s’entrechoquent dans des compositions qui résonnent – qui éclatent – sous le regard. Ce sont des distillations, des réincarnations et même des incantations de la phonétique des rues de New York, du hip-hop et du be-bop, de l’Atlantique noir, de Beethoven, de Ravel et d’autres encore. En transposant la musique dans son œuvre, Basquiat célébrait le savoir-faire noir et s’attaquait aux questions les plus épineuses de notre temps. Il donnait vie aux sons qui l’inspiraient et insufflait une âme à ce moment particulier de l’histoire. »

L’exposition se penche sur les techniques de composition de Basquiat en relation avec la musique et fait référence aux liens qu’il a entretenus avec des maisons de disques, des musiciens, des cultures ou des sons particuliers. Elle aborde les multiples registres à travers lesquels la musique a influencé son œuvre. Son engouement pour l’opéra, la musique classique, le hip-hop, le jazz et le be-bop, entre autres, a inspiré et structuré sa pratique. Les instruments abondent dans son œuvre, de même que les références à divers genres musicaux. Artiste polyvalent et prolifique, il a participé à la réalisation de plusieurs vidéos et a produit un simple, en plus de concevoir des prospectus pour des concerts new-yorkais à une époque où la ville vivait l’une des périodes les plus effervescentes de son histoire musicale.

La musique n’était pas seulement un élément structurant de son art, mais aussi un outil qui lui permettait d’aborder les thématiques propres à la diaspora africaine, la politique raciale américaine et l’histoire de la musique noire. Basquiat absorbait les sons et la culture qui l’entouraient pour les transposer sur la toile; c’est ainsi qu’il créait son propre langage artistique et s’exprimait d’une voix qui résonne encore aujourd’hui.

« La musique nous offre une clé précieuse pour décrypter l’œuvre de Basquiat et comprendre son évolution. L’artiste a toujours baigné dans la musique et s’est trouvé au confluent de deux grands courants musicaux de son époque, la no wave et le hip-hop, qui ont trouvé des résonances dans ses créations. Le jazz est une source d’inspiration majeure pour lui, comme le blues et les formes vernaculaires de la musique noire américaine, qu’il convoque dans ses tableaux et qui influencent sa pratique artistique en profondeur, autant sur le plan formel que thématique», note Vincent Bessières, commissaire invité par le Musée de la musique – Philharmonie de Paris.

« La musique a toujours occupé une place centrale dans la vie et l’œuvre de Basquiat, ajoute Dieter Buchhart, commissaire invité. Il a ouvert la voie avec son mode de copier-coller qui présente des similitudes non seulement avec les méthodes de composition et de production de l’échantillonnage et du scratch dans le hip-hop, mais aussi avec les improvisations jazz et
la musique aléatoire de John Cage. Les œuvres de Basquiat apparaissent comme un “langage de rupture”, une poésie hip-hop concrète créée dans une technique de copier-coller et d’improvisation jazz. La musique devient ainsi le fil conducteur qui traverse son art. Le Sprechgesang de Jean-Michel Basquiat, sa musique, ses sons et ses bruits continuent de résonner dans ses œuvres. Dans les mots de Glenn O’Brien, “les esprits continuent de jouer pour nous”. »

APPLICATION DE RÉALITÉ AUGMENTÉE ET CATALOGUE D’EXPOSITION

L’exposition est accompagnée d’une application de réalité augmentée qui propose du contenu enrichi aux visiteurs, de même que d’un catalogue publié conjointement par les Éditions scientifiques du MBAM et les Éditions Gallimard. La publication regroupe des essais signés par des experts de l’œuvre de Basquiat, ainsi que des entretiens avec des personnalités qui ont connu l’artiste ou qui se sont inspirées de son travail, comme George Condo, Anna Domino, Fab 5 Freddy, Michael Holman, Lee Jaffe, Nick Taylor et Toxic.

PROGRAMMATION D’ACTIVITÉS

Une zone de médiation culturelle adjacente à l’exposition accueille des activités de prise de parole et de création, ainsi qu’un espace où sont offerts des contenus musicaux et des écrits relatifs à l’exposition. En parallèle, une riche programmation d’activités – concerts à la Salle Bourgie célébrant l’œuvre, le legs et les influences de Basquiat, conférences, table ronde, projections au Cinéma du Musée, ateliers pour toute la famille et soirées thématiques – complète l’expérience de visite.

MBAM X MUSÉE DE LA MUSIQUE – PHILHARMONIE DE PARIS

L’exposition sera présentée au Musée de la musique – Philharmonie de Paris du 6 avril au 30 juillet 2023. À plein volume: Basquiat et la musique marque la troisième collaboration entre le MBAM et le Musée de la musique – Philharmonie de Paris, après Chagall: couleur et musique (2017) et «We Want Miles». Miles Davis: le jazz face à sa légende (2010).

Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM)

Ce musée d’art ‘ le plus ancien au Canada ‘ figure parmi les grands musées d’Amérique du Nord. Découvrez sa collection encyclopédique unique composée de plus de 45 000 œuvres, de l’Antiquité à nos jours, et ses expositions qui croisent les disciplines allant de l’archéologie aux beaux-arts en passant par les pratiques contemporaines.

Pavillon Jean-Noël Desmarais
1380, rue Sherbrooke O., Montréal
Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM)